Doc Santé | L’épilepsie

L’épilepsie est une affection qui reste mal connue. Elle toucherait pourtant 50 millions de personnes à travers le monde (d’après les chiffres de l’OMS), prévalence qui la place de fait dans les affections neurologiques les plus fréquentes. En France, 500 000 personnes serait affectées, essentiellement des personnes de moins de 20 ans. Cette affection neurologique peut être dangereuse et certains gestes effectués durant les crises permettent de sauver des vies.

 

L’épilepsie, c’est quoi ?

L’épilepsie est une affection neurologique chronique qui se caractérise par un dysfonctionnement cérébral passager. Une sorte de « court-circuit du cerveau », partiel ou total. Cette affection se traduit notamment par les « crises d’épilepsie » variables en fréquence et en intensité : tremblement d’une partie ou de la totalité du corps dû à des décharges électriques excessives au niveau du cerveau, plus précisément au niveau des neurones (cellules cérébrales) dans certaines zones cérébrales. Ces crises s’accompagnent dans certains cas de perte de conscience et de perte de contrôle des intestins et de la vessie.

On distingue deux types d’épilepsie. L’épilepsie symptomatique (ou secondaire) qui est directement liée à une lésion cérébrale. Par exemple à cause d’un traumatisme crânien, d’une AVC, d’une tumeur cérébrale, d’une infection touchant le cerveau, certains syndromes d’ordre génétique, etc.). L’épilepsie idiopathique c’est-à-dire sans aucune cause connue. Ce type d’épilepsie représente plus de 60 % des cas. On estime que l’affection est due à des lésions cérébrales invisibles avec les appareils médicaux actuels.

Enfin, bien que les avis s’opposent sur la définition même, il est communément admis que plusieurs crises doivent avoir lieu pour qu’un sujet soit considéré comme épileptique.

Quels sont les symptômes de l’épilepsie ?

Le symptôme le plus visible et aussi le plus connu (et spectaculaire) de l’épilepsie sont les crises dites tonico-cloniques : convulsions passagères et imprévisibles accompagnées d’une perte de connaissance. Elle durent généralement moins de 2 minutes.

Crise d'épilepsie avec convulsions

D’autres symptômes de l’épilepsie existent, moins flagrants. Il peut s’agir par exemple d’absences (désorientation, perte de contact avec la réalité et l’entourage durant quelques secondes), de contractions involontaires au niveau des muscles, de troubles du mouvement (rotation des yeux, de la tête, mâchonnement…), de troubles sensoriels (gustatifs, auditifs et visuels, hallucinations).

Ces crises varient en fonction de la zone cérébrales affectées et de la propagation.

Que faire, quand et à qui s’adresser ?

Mise en position latérale de sécurité (PLS)Si vous êtes témoin d’une personne souffrant d’une crise d’épilepsie vous devez conserver votre calme et ne pas céder à la panique. Les crises d’épilepsie sont passagères et ne peuvent être empêchées une fois déclenchées. Il est donc nécessaire d’accompagner la personne qui en est victime.

Vous devez dans un premier temps tâcher de placer la personne atteinte par une telle crise en position latérale de sécurité afin d’éviter toute blessure due aux mouvements convulsifs. Dans la mesure où elle ne peut se blesser, évitez de la déplacer. Tâchez de protéger sa tête pour éviter tout choc. Vous ne devez en aucun cas essayer d’empêcher les mouvements ni placer quelque chose dans la bouche de la personne en crise. Si une crise a lieu chez une personne en position assise (siège d’une voiture, fauteuil roulant, etc.) ne la déplacez

pas mais veillez à ce que son inclinaison permettent l’évacuation de nourriture et autre fluide en cas de régurgitation. Enfin, je vous le répète : ne partez pas en courant, l’épilepsie n’est pas contagieuse ! Au contraire, restez avec la personne atteinte jusqu’à ce que la crise se termine et tâchez de la rassurer, de la réconforter.

Dans tous les cas et à plus forte raison si les crises se répètent et que la personne épileptique rencontre des difficultés à respirer, appelez les secours.

Quels sont les traitements de l’épilepsie ?

Traitement de l'épilepsieLes traitements de l’épilepsie sont avant tout médicamenteux. Des médicaments anticonvulsifs permettent ainsi de réduire voire d’éliminer les crises dans plus de 70 % des cas. Le traitement doit alors être suivi de manière quotidienne et avec régularité. Ce traitement peu couteux est qui plus est très efficace : après 2 à 5 ans de traitement sans survenue de crise, ce dernier peut être arrêté. Il n’y aura aucune rechute chez 70 % des enfants et 60 % des adultes concernés.

Malgré un faible coût des traitements (moins de 5 dollars par an) approximativement 75 % des personnes épileptiques dans les pays à revenu faible ou intermédiaire n’ont pas accès aux soins appropriés. Dans les cas où le traitement médicamenteux n’offre pas de résultat satisfaisant, une intervention chirurgicale peut être envisagée.

Quel est le meilleur moyen de prévenir l’épilepsie ?

L’épilepsie idiopathique ayant des causes inconnues ne peut pas être prévenue. L’épilepsie symptomatique peut être prévenue en évitant les traumatismes crâniens, en améliorant les soins périnatales afin d’éviter tout traumatismes à la naissance et en limitant les infections du système nerveux central notamment d’origine parasitaire.

Si la prévention de l’épilepsie à proprement parler est relativement difficile à mettre en place, la prévention de ses manifestation, notamment les crises, est possible grâce à la prise consciencieuse des médicaments. Le suivi par un professionnel de santé est également très important. Les déclencheurs de crises doivent aussi être évités : manque de sommeil, consommation de drogue ou d’alcool entre autres.

Quels sont les facteurs de risques ?

L’origine de l’épilepsie dans le cas des épilepsies idiopathiques étant inconnues, il est difficile d’affirmer quels en sont les facteurs de risques. Différentes recherches sont actuellement menées pour essayer de déterminer quels gênes pourraient avoir une importance dans le développement du trouble.

De manière générale, les personnes les plus touchées par l’épilepsie sont les enfants et adolescents ainsi que les personnes âgées.
Le problème majeur de l’épilepsie c’est qu’elle reste mal connue du grand public et que les personnes qui en souffrent sont bien souvent victimes de stigmatisation. Une campagne de sensibilisation au niveau mondial, « Sortir de l’ombre » est d’ailleurs menée par l’OMS, la Ligue internationale contre l’Épilepsie et le Bureau international de l’Épilepsie pour informer sur la maladie. Le point positif c’est que l’affection peut-être soignée dans 70 % des cas, pour un coût très faible.

 

Références