Doc Santé | L’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle que l’on surnomme également « le mal silencieux » touche plus de 14 millions de français, soit 10 % à 15 % de la population. Si au moins la moitié des personnes concernées suivraient un traitement, en réalité beaucoup ignorent qu’elles en souffrent. De fait plus de 40 % de la population de l’Hexagone âgée entre 35 et 55 ans ignore tout simplement les chiffres de sa tension. L’hypertension artérielle entraine pourtant de graves complications telles qu’AVC ou infarctus du myocarde.

D’après les chiffres de l’OMS, l’hypertension artérielle serait en constante augmentation dans le monde. L’organisme estime ainsi que d’ici à 2025, si rien n’est fait pour endiguer ce fléau, plus d’1,5 milliard de personnes seront affectées.

L’hypertension artérielle, c’est quoi ?

Ce que l’on nomme « hypertension artérielle » ou simplement « hypertension » correspond à une pression sanguine anormalement élevée au niveau des parois des artères et qui exerce donc une « tension » sur ces dernières. Dans la vie courante, cette pression augmente par exemple au cours d’une activité sportive ou d’une émotion forte, etc. Chez les personnes hypertendues par contre, la pression est constamment élevée, quelque soit la situation.

Bien que dans 90 % des cas, la cause de l’hypertension reste inconnue, on en distingue tout de même deux types : on parle ainsi d’hypertension primaire et d’hypertension secondaire.

L’hypertension primaire (aussi appelée « essentielle ») correspond à 90 % des cas. Elle est multifactorielle et cumulative : c’est-à-dire qu’elle est générée par plusieurs facteurs dont les effets nocifs s’accumulent avec le temps. Les principaux facteurs en question sont l’âge et l’hérédité mais également de mauvaises habitudes de vie.

L’hypertension secondaire découle quant à elle d’un autre problème de santé. Elle peut être provoquée par une défaillance rénale, un problème endocrinien, une anomalie congénitale au niveau de l’aorte. Dans certains cas l’utilisation de certains médicaments tels que les anti-inflammatoires ou bronchodilatateurs peuvent également provoquer de l’hypertension secondaire. Enfin, la consommation de certaines drogues comme la cocaïne ou les amphétamines peut également être à l’origine de ce type d’hypertension.

Quels sont les symptômes de l’hypertension ?

Comme je vous le disais un peu plus haut, l’hypertension artérielle est surnommée «  le mal silencieux » : elle ne s’accompagne généralement d’aucun symptôme. Conséquence : au moins 1/3 des personnes hypertendues ignorent qu’elles le sont !

Bien qu’affection asymptomatique, certains signes sont tout de même observés dans les cas d’hypertensions sévères. Il peut s’agir par exemple de palpitations, d’un état de fatigue généralisé voire de somnolence. Des vertiges, des maux de tête et d’autres troubles comme un fourmillent dans les mains, un bourdonnement dans les oreilles, des problèmes visuels peuvent être ressentis. Un mal-être global qui se traduit par des vomissements, des nausées et des saignements du nez sans raison apparente peut aussi être observé. Enfin, la dysfonction érectile (que l’on appelle communément impuissance sexuelle) chez l’homme est un bon indicateur de problèmes de tension artérielle.

Si l’hypertension ne provoque pas toujours de symptômes gênants, en revanche elle doit être prise très au sérieux car elle augmente les risques de survenue de pathologies ou accidents majeurs (voir illustration).

Risques liés à l'hypertension artérielle

Que faire, quand et à qui s’adresser ?

Contrôle de la tension artérielle chez le médecinEtant donné que de manière générale l’hypertension n’est pas perçue et progresse en toute discrétion, il est essentiel de faire contrôler sa tension régulièrement. Je ne peux que vous inviter à prendre rendez-vous avec votre médecin traitant qui fera une vérification de routine et mettra en place, le cas échéant, des mesures adaptées.

Qu’indiquent les chiffres de la tension ?

Le premier chiffre de la tension artérielle correspond à la pression systolique, c’est-à-dire lorsque le cœur se contracte. Le second chiffre, la pression diastolique, correspond à la pression exercée sur les artères entre les contractions successives du cœur. Ces chiffres sont donnés en millimètres de mercure (mmHg).

Il est couramment admis qu’une bonne tension artérielle doit être inférieure à 120/80.

Quels sont les traitements contre l’hypertension ?

Il existe un grand nombre de médicaments qui visent à contrôler la tension des patients. C’est votre médecin traitant qui devra évaluer quel antihypertenseur est le mieux adapté à votre situation.

Il pourra par exemple vous prescrire des diurétiques, des béta bloquants, des inhibiteurs de l’enzyme de conversion, des inhibiteurs calciques… Je vous le répète, seul un professionnel de santé est en mesure de vous prescrire les médicaments appropriés. Des rectifications peuvent avoir lieu et les premiers effets ne se feront sentir que plusieurs semaines après le début dudit traitement, environ 4 à 6 semaines. Il est donc indispensable que la tension soit contrôlée régulièrement. De plus, pour être efficace, le traitement mis en place doit être pris avec rigueur et régularité. Avant même que le traitement médicamenteux anti-hypertension soit mis en place, il est nécessaire de modifier certaines habitudes de vie et diminuer ainsi les facteurs de risques.

Quels sont les facteurs de risques de l’hypertension ?

Si l’on ne peut pas grand-chose contre l’âge (les personnes de 55 ans et plus sont plus exposées) et le patrimoine génétique hérité (antécédents familiaux), deux des principaux facteurs d’hypertension, il est par contre possible d’agir sur d’autres facteurs de risque.

L’obésité et le surpoids sont les premiers facteurs de risque de l’hypertension et sont directement liés à l’hygiène de vie quotidienne de manière plus générale. La consommation d’alcool et le tabagisme sont par exemple deux habitudes préjudiciables. Une alimentation mal équilibrée et riche en sel (produits préparés, plats congelés, ajout de sel à table, fromage, charcuterie…) favorise également l’apparition de l’hypertension artérielle. La consommation de sel ne devrait pas dépasser plus de 6 grammes par jour.

En plus de contrôler son alimentation et de la modifier si besoin, une activité sportive adaptée est également recommandée pour lutter contre l’hypertension artérielle. Au moins une demi-heure d’effort physique quotidien serait nécessaire pour se maintenir en bonne santé.

Enfin, il peut y avoir également un « terrain favorable » chez les personnes qui souffrent déjà de diabète, d’hypercholestérolémie ou d’affections rénales.

Comment prévenir l’hypertension artérielle ?

Mesure de tension artérielle connectée avec un smartphoneLa meilleure façon de prévenir l’hypertension artérielle consiste premièrement à contrôler régulièrement sa tension par un professionnel de santé. Il est ainsi recommandé de la mesurer au moins une fois par an chez un professionnel de santé. Trop de personnes l’ignorent et ne modifient pas leurs mauvaises habitudes de vie en conséquence. L’autocontrôle peut également être pratiqué grâce à un tensiomètre personnel.

Les mesures préventives basiques reposent sur la diminution des facteurs de risque. Au niveau de l’alimentation, il faut éviter les aliments riches en sel et favoriser les fruits et les légumes. Il est également recommandé de manger du poisson, de préférence du poisson gras riche en Oméga-3 (truite, saumon, maquereaux, hareng…) deux à trois fois par semaine. Les aliments riches en graisse sont par contre à éviter.

Comme je vous le disais, en plus du régime alimentaire, il faut également faire bouger son corps pour lutter contre le surpoids et la sédentarité. Une récente étude a ainsi démontré que les personnes ayant une activité physique quotidienne supérieure à 20 minutes diminuaient de 30 % les risques de souffrir d’hypertension artérielle. Enfin, en plus de prendre soin de son alimentation, de son corps, il faudrait également s’occuper de son esprit. Les situations stressantes, éprouvantes émotionnellement ont tendance à faire monter la tension.

L’hypertension est en constante augmentation et représente déjà un problème de santé publique. C’est d’autant plus regrettable qu’elle n’est pas une fatalité. Aujourd’hui de nombreux tensiomètres personnels et autres applications en e-santé permettent de contrôler votre tension en un clin d’œil. Parlez-en à votre pharmacien, il saura vous conseiller.

Références