Doc Santé | La thrombose veineuse

La maladie thromboembolique veineuse est une maladie fréquente qui se traduit principalement par deux troubles : la thrombose veineuse et l’embolie pulmonaire. Cette dernière étant dans 70 % la conséquence de la première nous allons donc nous intéresser à la thrombose veineuse.

Aux Etats-Unis, on recense environ 600 000 cas de maladie thromboembolique par an dont 250 000 thromboses veineuses. 30 % d’entre elles se concluent par un décès. En France, tous les ans 70 000 cas sont recensés (pour 40 000 embolies pulmonaires) entrainant jusqu’à 10 000 décès.

Je vous propose donc de faire le point sur ce trouble de la circulation qui peut entrainer de sérieuses complications et qui toucherait 2 % de la population.

Qu’est-ce qu’une thrombose veineuse et quelle en est la cause ?

Thrombose veineuse profondeUne thrombose veineuse, c’est la formation d’un caillot de sang (« thrombus ») au niveau d’une veine. Ce caillot bloque la circulation sanguine normale et entraine des douleurs ressenties dans le membre atteint. La veine peut donc être complètement ou partiellement bouchée et limiter voire empêcher complètement la circulation sanguine jusqu’au cœur. Si une thrombose veineuse peut en théorie se présenter dans n’importe quelle partie du cops, le trouble se situe généralement au niveau des membres inférieurs.

On distingue deux types de thrombose veineuse. Il y a d’une part la thrombose veineuse profonde ou phlébite, le type le plus grave : le caillot sanguin se forme dans une veine de grande taille du système veineux profond, à proximité des artères, par exemple dans le système musculaire d’une jambe. D’autre part, la thrombose superficielle que l’on nomme également paraphlébite ou phlébite superficielle, moins dangereuse : le caillot de sang se situe dans une veine (de petite taille) du système veineux superficiel, c’est-à-dire plus proche de la peau.

Si dans la moitié des cas environ, l’origine de la thrombose veineuse reste inconnue, trois processus pouvant générer la formation d’un caillot sanguin sont observés : la stagnation de sang au niveau d’une veine, une défaillance dans le système de coagulation, (facilitant cette stagnation) ou un traumatisme au niveau de la paroi veineuse qui va stimuler la coagulation.

Quels sont les symptômes de la thrombose veineuse ?

Signes d'une mauvaise circulation sanguineLa thrombose veineuse ne présente pas vraiment de symptômes spécifiques. Cependant, s’il s’agit d’une thrombose veineuse profonde, une douleur sera généralement ressentie à l’endroit où s’est formé le caillot sanguin. Une thrombose veineuse au niveau des membres inférieurs pourra par exemple se manifester par une douleur dans la jambe entière, au niveau du mollet voire du pied (en fonction du caillot sanguin). La jambe sera alors engourdie, plus lourde car le muscle est sous tension à cause du sang qui y stagne. La douleur peut aller jusqu’à rendre la marche difficile.

Œdème (jambe qui gonfle) et rougeurs peuvent également être des symptômes d’une thrombose veineuse, mais ils ne sont pas systématiquement présents : dans bien des cas, la thrombose veineuse est asymptomatique. En cas de doute, il ne faut donc pas hésiter à consulter son médecin traitant.

Que faire, quand et à qui s’adresser ?

Comme je viens de vous le conseiller à l’instant, en cas de doute et à plus forte raison si les symptômes décrits ci-dessus sont observés, consultez sans attendre votre médecin.

Si vous sentez des difficultés pour respirer ou encore des douleurs au niveau de la poitrine il faut immédiatement se rendre aux Urgences : ces signes sont particulièrement graves et laissent présager une embolie pulmonaire. Un traitement doit être rapidement mis en place.

Quels sont les traitements de la thrombose veineuse ?

Premièrement, votre médecin va vous prescrire un anti-coagulant afin de fluidifier le sang. Ces médicaments (antagonistes de la vitamine K, injections d’héparine, injections de fondaparinux) visent à empêcher la progression de la thrombose veineuse pour qu’elle n’entraine pas une embolie pulmonaiBas de contentionre. L’anticoagulant évitera également que le caillot grossisse. Il s’agit d’un traitement sur le long terme qui va durer au moins trois mois. Dans les cas grave, lorsque le pronostic vital est menacé, une thrombolyse (par médicaments ou intervention chirurgicale) peut également être réalisée.

Différentes recommandations d’ordre « mécaniques » sont aussi généralement prescrites : il s’agit par exemple de relever la base du lit de 15 à 20 centimètres afin de favoriser le retour veineux. Le port de bas de contention ou bas de compression peut également être prescrit dans le même objectif.

Quels sont les facteurs de risques ?

Il existe de multiples facteurs de risques de développer une thrombose veineuse. On peut par exemple citer l’obésité ou encore un âge avancé. Le fait de rester immobile pendant un long moment (voyage en avion, hospitalisation, position de travail) augmente aussi les risques. Différentes interventions chirurgicales (qui peuvent endommager la paroi veineuse au même titre qu’une chute ou qu’une perfusion) ainsi que certains facteurs génétiques et les tumeurs sont autant de facteurs de risques supplémentaires.

Chez la femme, la contraception hormonale et la substitution hormonale parfois mises en place après la ménopause augmentent les risques de thrombose veineuse. Une compression veineuse lors de la grossesse et la grossesse elle-même qui favorise la coagulation sanguine également.

Quel est le meilleur moyen de prévenir une thrombose veineuse ?

Pour prévenir une thrombose veineuse, il faut éviter les situations à risque : il s’agit par exemple d’éviter de conserver la même position, d’être trop sédentaire, de pratiquer une activité physique adaptée tout en s’hydratant convenablement.

La mise en place d’un traitement anticoagulant préventif pour limiter les risques inhérents à certaines situations peut dans certain cas être prescrit : avant une césarienne ou une intervention chirurgicale, avant la pose d’une attelle ou d’un plâtre, etc.

Le médecin traitant peut également prescrire le port de bas de compression avec une compression adaptée au cas par cas.

Si la thrombose veineuse peut entrainer de sérieuses complications telles que l’embolie pulmonaire, ces complications peuvent également être évitées. De nouvelles pistes thérapeutiques très prometteuses sont actuellement en cours de recherche au niveau génétique. De nouveaux traitements comme les anticoagulants oraux offrant un meilleur rapport bénéfices / risques ont également été mis au point. Enfin , une molécule d’acide nucléique simple, l’ARN antisens FXI-ASO, promet de nouvelles pistes thérapeutiques.

Références