Doc Santé | L’ulcère à l’estomac

L’ulcère de l’estomac reste encore mal connu mais cette affection est pourtant relativement fréquente. En effet, d’après certaines estimations, une personne sur dix va développer un ulcère au cours de son existence. Aux Etats-Unis, 5% à 10% de la population souffrirait d’un ulcère. En France 90 000 nouveaux cas seraient diagnostiqués tous les ans. Au total, « seulement » 0,2 % de la population serait affectée, aussi bien homme que femme.

Un ulcère d’estomac, c’est quoi ?

2 types d'ulcères à l'estomac et endoscopiePour assurer la digestion, donc la dégradation des aliments que nous ingurgitions, l’estomac produit des acides très puissants : les sucs gastriques. Pour éviter que ces sucs particulièrement « corrosifs » fassent des dégâts dans notre organisme, ils sont contenus dans l’estomac par une paroi protectrice. Lorsque cette muqueuse de protection est « trouée » pour différentes raisons, on parle alors d’ulcère. Cette lésion peut être partielle ou totale et mesure généralement quelques millimètres carrés.

Il existe deux types d’ulcère d’estomac (voir schéma ci-contre) : l’ulcère duodénal qui représente 90 % des cas. La lésion ou « trou dans l’estomac » est situé au niveau du duodénum, autrement dit la jonction entre intestin grêle et estomac. L’ulcère gastrique est pour sa part moins fréquent (10 % des cas) mais aussi plus dangereux. La lésion se situe alors au niveau de l’estomac lui-même.

Action d'Helicobacter pylori dans l'estomacCette blessure de l’estomac qui entraine donc une perte de substance (les sucs gastriques) est provoquée par un déséquilibre entre les sucs gastriques de l’estomac et le système de protection habituel de la muqueuse gastro-intestinale : régénération perturbée, mauvaise irrigation, corrosivité trop grande…

Si l’origine de l’ulcère a pendant très longtemps été attribué avant tout à des facteurs d’ordre psychosomatiques comme le stress par exemple, on sait désormais que dans 99 % des cas, un ulcère à l’estomac est dû à une bactérie : Helicobacter pylori. Cette dernière a d’ailleurs été découverte récemment : en 2005 par les scientifiques J. Robin Warren et Barry J. Marshall. Ils ont reçu le prix Nobel de médecine pour cette découverte.

Quels sont les symptômes de l’ulcère à l’estomac ?

Mal à l'estomacEn réalité, les symptômes d’un ulcère à l’estomac sont plutôt variables d’un patient à l’autre, ils sont également peu spécifiques et de fait rarement perçus : dans 70 % des cas environ ils sont non-douloureux. Des gênes sont tout de même observées.

Il peut s’agir par exemple de douleurs en étant à jeun, de brûlures, de crampes ressenties au niveau de l’estomac, parfois sous les côtes (du coté droit) ou même au niveau du dos. On parle également « d’épigastralgie » : une douleur au niveau de l’abdomen qui se manifeste deux à trois heures après les repas, qui peut disparaitre avec l’ingurgitation d’aliment notamment des produis laitiers et de manière plus générale par des produits alcalins. Un ulcère d’estomac peut également s’accompagner dans certains cas de vomissements, de nausées, d’anorexie, et dans les cas les plus graves d’un méléna (diarrhée de couleur noir provoquée par l’ingurgitation de sang).

Ces différents troubles sont le plus souvent périodiques à l’échelle quotidienne (ils apparaissent puis disparaissent) voire saisonniers (plus fréquents en automne et printemps).

Que faire, quand et à qui s’adresser ?

Lorsque les symptômes décrits plus haut sont observés, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin traitant. Le professionnel de santé prendra alors les mesures appropriées. Des traitements efficaces existent aujourd’hui. Notez que si vous vous réveillez pendant la nuit à cause d’une sensation douloureuse dans la zone abdominale, il pourrait également s’agir d’un symptôme de l’ulcère de l’estomac, donc consultez sans attendre.

Si des douleurs intenses sont ressenties, qu’elles s’accompagnent d’un mauvais état de santé global (pâleur, malaise), de vomissements avec du sang et de scelles de couleur noirâtre et mal odorantes, il peut s’agir d’une perforation de l’estomac : il faut alors se rendre rapidement aux urgences.

Quels sont les traitements de l’ulcère de l’estomac ?

Dans la majorité des cas, l’ulcère se guérit par la prise d’un traitement médicamenteux combiné. Il s’agit à la fois de diminuer la sécrétion de suc gastrique, de renforcer la muqueuse intestinale et d’éliminer la bactérie Helicobacter pylori.

Un « inhibiteur de pompe à protons » sera généralement prescrit pour une durée de 4 à 6 semaines afin de réduire la production de suc gastrique et permettre ainsi la cicatrisation des lésions au niveau de la muqueuse. Des antibiotiques (amoxicilline et clarithromycine le plus souvent) seront prescrits durant au moins sept jours et jusqu’à deux semaines pour éliminer la bactérie responsable de l’ulcère.

Dans certains cas (lors de complications comme une hémorragie digestive, une sténose, une perforation) un traitement par endoscopie peut s’avérer nécessaire. Enfin, une intervention chirurgicale, dans des cas très rares, peut devenir nécessaire : lorsque les traitements médicamenteux ou endoscopique n’ont pas été efficaces par exemple ou lorsque la paroi duodénale ou gastrique est perforée de manière importante.

Quels sont les facteurs de risques de l’ulcère de l’estomac ?

Les facteurs de risques ou facteurs aggravants, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas la cause à proprement parler de l’ulcère (comme nous l’avons vu, l’ulcère est très largement due à l’ helicobacter pylori) sont multiples.

Ces facteurs aggravants sont des antécédents d’ulcères, la consommation de tabac et d’alcool ainsi qu’une consommation excessive de café, la prise d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS), d’aspirine et de ses dérivés comme l’Alka-Selzer et l’Alcacyl, de corticoïdes, d’anticoagulants et d’antiagrégants plaquettaires. Notez que les effets sont cumulatifs : plus les prises ont été prolongées et à des doses importantes plus les risques augmentent.

Enfin, l’âge : les ulcères de l’estomac seraient plus fréquents après 60 ans.

Quel est le meilleur moyen de prévenir un ulcère de l’estomac ?

Le meilleur moyen de prévenir un ulcère d’estomac consiste à limiter la consommation d’anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) et d’aspirine tout comme d’alcool, de tabac et de café. Mais logiquement, la meilleure prévention est l’élimination de la bactérie qui est responsable de l’ulcère.

Dans certains cas précis, un traitement préventif peut être prescrit. Il s’agira alors d’un traitement par inhibiteur de la pompe à protons. Grâce à la découverte de la bactérie responsable des ulcères de l’estomac, les traitements ont largement évolués. Ils sont désormais efficaces dans plus de 85 % des cas. Dès l’apparition des premiers signes, il est donc nécessaire de consulter afin d’éviter toutes complications qui peuvent être facilement évitées.

Références