Médicament en ligne

Etats-Unis : première place pour la consommation d’analgésiques opioïdes par habitant

Category: Médicament en ligne Written by Doc Du Net / 10/07/2014
pilule

Aux Etats-Unis, plus de 500.000 anciens combattants ont une addiction médicamenteuse aux analgésiques opiacés. La société américaine consomme quotidiennement environ 40.000 doses d’antidouleurs opiacés pour un million d’habitants.

Le site Human Rights Watch a publié, début juillet, le nouveau rapport du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ou Centre pour le contrôle et la prévention de maladie des États-Unis. Ce rapport s’intitulant “Not time to Waste” ou “Pas de temps à perdre ” a pour thème la toxicomanie sur le territoire américain. Le rapport révèle que les médecins aux États-Unis occupent la première place dans le monde pour la prescription d’analgésiques opioïdes sur ordonnance. Selon l’étude, 82 % des ordonnances délivrées par les médecins aux États-Unis sont des dérivés d’antidouleurs opiacés. Selon les chiffres des Nations Unies, entre 2007 et 2009, après les États-Unis, le Canada est considéré comme le second pays au monde ou la consommation d’opioïdes est très importante, avec près de 20.000 doses pour chaque million d’habitants par jour. La France se situe à la dix-septième place mondiale avec une consommation de 6700 doses par jour par million d’habitants. Selon le rapport de Human Rights Watch, les anciens combattants de l’armée américaine seraient les plus dépendants de ces médicaments opioïdes. Plus d’un million serait sous traitement et environ la moitié en consomme quotidiennement.

Des cas de décès chez les vétérans

A l’origine, ces médicaments opiacés étaient prescrits par des médecins militaires. En 2010, 76.000 militaires de l’US Army étaient sous analgésiques opiacés. Dans la majeure partie des cas, le médecin délivrait de l’oxycodone. Comparable à la codéine, l’oxycodone est un analgésique qui se révèle plus puissant, et est considéré comme un analgésique stupéfiant, avec un niveau de dépendance élevé. En 2013, le rapport du Department of Veterans Affairs a révélé que le renouvèlement des prescriptions aux vétérans se faisait sans consultation de médecin.

Cette pratique a vite entraîné des cas de surdoses chez les vétérans. Des cas de décès ont même été signalés dans les hôpitaux du Département pour les Affaires des anciens combattants. Les autorités américaines ont par la suite limité les prescriptions pour les vétérans en 2013, notamment sur les prescriptions d’opiacés à forte dose. Selon toujours le rapport de Human Rights Watch, de plus en plus de vétérans souffrent de dépendances envers les antalgiques opiacés, certains d’entre eux ont déjà des antécédents d’alcoolisme ou de toxicomanie. Malheureusement, seul très peu d’entre eux reçoivent une prise en charge adéquate.

Thank for sharing!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *