Alimentation

Actu sur l'alimentation, la nutrition, la diététique, les régimes et les compléments

Avez-vous déjà vu le champignon chenille ?

Catégorie : Alimentation Insolite Sexualité rédigé par DocDuNet / 23/09/2015
Ophiocordyceps sinensis ou champignon chenille aphrodisiaque

Le champignon chenille, de son nom scientifique Ophiocordyceps sinensis et de son nom tibétain « yarsagumbu » est un champignon de la famille des cordycipitacées. Il pousse essentiellement sur les plateaux et régions du Tibet (Nagqu et de Chengdu) et dans une moindre mesure dans quelques régions Chinoises (Qinghai, Sichuan, Gansu) et au Népal.

La période de récolte ne dure que 50 jours et le champignon mesure rarement plus de 5 centimètres. Le kilo de ce champignon au nom qui interpelle se négocierait pourtant aujourd’hui aux environs de 20 000 euros le kilo… Pourquoi un tel tarif ? Voici les réponses.

Le champignon chenille, un champignon bizarre

Le champignon chenille présente une croissance plutôt atypique, aux dépends de l’insecte qu’il lui a valu son nom. Il s’agit d’un champignon parasite qui infecte une chenille, finit par la tuer, la momifie et se nourrit de son corps pour pousser, la chenille infectée s’étant enterrée deux à trois centimètres dans la terre. Des stromas jaune-orangé finissent par émerger à la surface dont l’extrémité va potentiellement être consommée par une autre chenille, le cycle parasitaire se poursuivant ainsi.

Le champignon chenille se récolte vers la fin du printemps et le début de l’été (d’avril jusqu’à juin), on le trouve actuellement à des hauteurs supérieures à 4 000 mètres d’altitude.

Champignon miracle ?

Le champignon chenille semble être un véritable concentré de bienfaits. Connu depuis au moins 1500 ans au Tibet et bien plus récemment en Chine il est depuis les années 1990 environ l’objet de toutes les convoitises.

L’Ophiocordyceps sinensis serait surtout connu, reconnu et recherché actuellement pour ses puissantes vertus aphrodisiaques à tel point qu’il est fréquemment comparé à un Viagra naturel. En plus de cet effet sur les « performances » sexuelles masculines, il est utilisé par la médecine Tibétaine pour résoudre les problèmes de respiration (toux chronique, essoufflement, etc.) pour stopper une hémorragie, au niveau des reins et des poumons. De manière plus générale il renforcerait le système immunitaire. Le champignon chenille serait donc loin de se limiter à un tonique sexuel.

Le revers de la médaille

Toutes ces vertus, plus récemment découvertes en occident, ont fait monter les prix pour atteindre des sommets bien supérieurs à ceux de l’or ! Dans les années 70, 500 grammes de champignon chenille valaient moins de 2 dollars. Dans les années 80, le kilo se négociait aux environs de 80 dollars, dans les années 90 le précieux champignon passait la barre des 100 dollars le kilo. Seulement deux décennies plus tard, en 2008 le kilo se négociait de 3 000 à 18 000 dollars, actuellement il se vend à 20 000 dollars le kilo.

De tels prix ont généré une véritable « ruée vers l’or ». Des milliers de personnes sont venues s’installer dans les régions productrices. Des conflits ont éclaté entre les nouveaux-venus opportunistes et les paysans traditionnels. Cette surexploitation interroge également sur la pérennité des champignons qui sont devenus de véritables objets de luxe. La rareté, faisant augmenter encore les prix, attire toujours plus de monde et le cercle vicieux est ainsi réalimenté, mais jusqu’à quand ?

Actuellement la récolte et commerce du champignon chenille correspondrait à 8,5 % du PIB du Tibet et représenterait dans certaines zones plus de 50 % et jusqu’à 80 % des revenus des populations locales…

La catastrophe écologique annoncée va donc certainement s’accompagner par une catastrophe économique, comme c’est trop souvent le cas.

Cet article va-t-il intéresser vos proches ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *