Médicaments

Actu pharma, traitements et médicaments

Le Viagra au secours du paludisme

Catégorie : Médicaments rédigé par DocDuNet / 20/05/2015
malaria_piqure_moustique

Le Viagra, la fameuse pilule bleue prescrit aux victimes de troubles érectiles, peut devenir une arme efficace pour éradiquer le paludisme. C’est le résultat d’une étude menée par des chercheurs français et anglais et publiée dans la revue PLOS Pathogens. A priori, certaines molécules utilisées dans l’élaboration de la petite pilule ont la capacité d’empêcher le développement du parasite Plasmodium falciparum qui est à l’origine du paludisme.

Cycle de transmission du paludisme

Pour le moment, les traitements disponibles servent uniquement à faire disparaître les symptômes du paludisme, mais ils ne peuvent pas l’éradiquer définitivement. Pour que la maladie soit définitivement éradiquée, il faudra bloquer la transmission du parasite entre l’homme et le moustique. Le parasite à l’origine du paludisme va prendre place dans les globules rouges afin de pouvoir se développer et obtenir une forme malléable. Le temps d’incubation est d’environ 10 jours. A la fin de cette période, la cellule porteuse du parasite est enfin libérée et peut circuler dans le sang. Notons que la malléabilité du parasite lui permet de passer à travers la rate.

Le rôle de cet organe consiste effectivement à bloquer le passage des globules rouges anormaux dans le sang selon Catherine Lavazec, une chercheuse de l’Institut Cochin, de l’INSERM et du CNRS qui a conduit cette étude. Le globule parasité ayant échappé au filtrage de la rate peut alors véhiculer en toute liberté dans le sang et il est accessible aux anophèles femelles, les porteuses de la maladie.

Sildénafil, ce héro

Les scientifiques de l’Université Paris-Descartes, de l’Institut Pasteur et de l’Ecole de médecine et d’hygiène tropicales de Londres se sont en effet penchés sur les mécanismes moléculaires qui ont permis au globule rouge et au parasite d’obtenir la forme malléable. Leur but était de trouver un moyen d’éliminer les globules rouges infectés. Selon les biologistes, cette déformabilité est due aux « voies de signalisation », c’est-à-dire à plusieurs réactions moléculaires qui ont lieu à l’intérieur de la cellule sanguine. Ils se sont alors servis d’un modèle in vitro pour détecter les molécules pouvant enrayer ces voies de signalisation. Catherine Lavazec a alors déclaré que le sildenafil citrate contenu dans le Viagra peut jouer ce rôle. Cette substance peut non seulement empêcher la déformation du parasite, mais aussi rigidifier les globules rouges afin que la rate puisse les filtrer facilement.

Mise en garde sur ce « traitement »

Le professeur de parasitologie à l’Institut tropical et de santé publique suisse à Bâle, Hans-Peter Beck, a confié que cette étude est vraiment intéressante. Toutefois, il met en garde le public contre l’utilisation du Viagra dans le traitement du paludisme. L’expert a indiqué qu’on n’est pas encore arrivé à ce stade. Catherine Lavazec, la chercheuse ayant mené l’étude, a aussi indiqué que ce n’est qu’une première expérience et d’autres travaux de recherche sont encore à réaliser. Elle a aussi mentionné son projet d’utiliser une molécule voisine du sildénafil dans l’avenir.

Cet article va-t-il intéresser vos proches ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *