Archives

Articles ayant été archivés. Ces articles ne sont plus rangés par catégories mais demeurent accessibles pour la postérité !

Lesbiennes, sextoys et IST ?

Catégorie : Archives rédigé par DocDuNet / 19/01/2012

La sexualité des homosexuels et en particulier des lesbiennes est souvent oubliée dans les campagnes de prévention des maladies et infections sexuellement transmissibles, et pourtant les femmes qui s’amusent entre elles ne sont pas plus épargnées par ces IST, au contraire. Le médecin généraliste Hélène Rousselot, membre de l’Association des Médecins Gays, s’exprime à ce sujet.

Dialogue médical difficile

La sexualité n’étant pas toujours un sujet facile à aborder auprès de son médecin traitant et gynécologue, il peut encore paraitre  délicat et difficile pour les lesbiennes de parler de leur orientation sexuelle, devant avouer par là, une autre partie de leur intimité. On appelle cela, l’hétéronormativité qui régit notre société. Il peut aussi être compliqué pour un médecin d’anticiper les besoins de son patients en fonction de son orientation sexuelle, dialoguer ouvertement et sans préjuger ni blocage. De plus « certains gynécologues ou généralistes sont assez fermés dans leurs propos ou oublient d’évoquer une autre orientation sexuelle que celle de l’hétérosexualité. » selon le médecin.

Pourtant, les lesbiennes restent des femmes comme les autres et doivent veiller à leur santé sexuelle. Une consultation gynécologique devrait être réalisée tous les ans, un frottis tous les trois ans ainsi qu’un dépistage du cancer du sein.

Prévention des IST chez les homosexuels

Dans un autre cadre, les campagnes contre les IST et MST ne ce sont que très rarement adressée directement à ces femmes qui ont une sexualité différentes. Le docteur Rousselot explique :

La syphilis, les condylomes, la chlamydia ou le mycoplasme sont des maladies qui peuvent être transmises de femmes à femmes si les relations ne sont pas protégées. Le « frottis-frottas » (frottement contre vagin), le « ciseau » lorsque les muqueuses se touchent, peuvent transmettre des infections sexuellement transmissibles comme la chlamydia ou le mycoplasme. Le partage d’un sextoy non protégé ou mal nettoyé peut aussi être la cause d’infection sexuellement transmissible. Quant au cunnilingus, l’herpès, l’hépatite B et la syphilis peuvent être transmise lors de ce rapport buccogénital.

Le danger des IST

Le danger est que ces maladies peuvent être asymptomatiques et ne jamais se déclarer, laissant le patient sans savoir qu’il est infecté par une IST, risquant donc de le transmettre à d’autres partenaires sexuels ou être contaminé par une personne ne sachant pas qu’elle est infectée.

Les IST peuvent être soignée facilement mais peuvent avoir des effets redoutables sur la santé si elles ne sont pas traitées, comme l’infertilité ou la détérioration des organes génitaux, pouvant aussi attaquer les muscles, les nerfs et les articulations dans des cas extrêmes.

Cet article va-t-il intéresser vos proches ?
Comments (0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *