Archives

Articles ayant été archivés. Ces articles ne sont plus rangés par catégories mais demeurent accessibles pour la postérité !

Royaume-Uni : De la cocaïne dans l’eau du robinet

Catégorie : Archives rédigé par DocDuNet / 12/05/2014
fille heureuse qui se lave les mains

L’information a été dévoilée par le journal britannique Sunday Times, suite à une étude évaluant les dangers des contaminants pharmaceutiques de l’eau au Royaume -Uni, les inspecteurs de l’eau potable britanniques ont retrouvé des traces de cocaïne dans plusieurs échantillons, alors que l’eau avait été soumise à un processus de purification intensive.

Dans leur rapport, les inspecteurs ont mentionné que la cocaïne présente dans l’eau l’était sous forme de benzoylecgonine ou benzoate d’écgonine, métabolite de la cocaïne, excrétée par l’urine. Cependant, la concentration de drogue présente dans l’eau potable est très faible. Cette trace de cocaïne ne s’élève qu’à quatre nanogrammes par litre et ne présente aucun danger pour la santé.

Pour Steve Rolles, du groupe de la réflexion britannique Transform qui s’intéresse à la consommation et la lutte contre la drogue, ces résultats ne sont guère surprenants. Ces résultats sont une preuve du niveau de consommation élevée de la drogue au Royaume-Uni : « Nous avons presque le plus haut niveau de consommation de cocaïne d’Europe de l’ouest » a-t-il révélé dans le Sunday Times. La consommation de cocaïne est en hausse dans le royaume, selon une récente étude de l’Union européenne sur la consommation de drogue au Royaume -Uni, 5% de jeunes britanniques âgés de 15 à 19 ans auraient déjà consommé au moins une fois de la cocaïne. Entre 2006 et 2008, plus de 12.592 personnes ont été hospitalisées à cause de la drogue. Près de 700.000 Britanniques âgés de 16 à 59 ans seraient des consommateurs réguliers ou occasionnels de cocaïne. « La cocaïne est devenue de moins en moins chère au fur et à mesure que la consommation a augmenté », selon le Sunday Times. Au Royaume-Uni, un gramme de cocaïne se négocie à partir de 48 euros, contre 70 euros en France et 140 euros aux Etats-Unis.

Sans risque pour la santé

Les chercheurs ont également trouvé dans leurs échantillons des traces de médicaments à savoir l’ibuprofène et une substance médicamenteuse contre l’épilepsie, la carbamazépine. Ces substances étaient présentes en quantité trop faible pour avoir un effet sur l’homme, relate le Sunday Times.

A noter qu’une étude menée en Italie en 2007, à Rome plus précisément, a également révélé la présence de particules infimes de marijuana, de caféine et de tabac dans l’atmosphère ambiante, avec une concentration élevée durant l’hiver mais sans risque pour la santé.

 

Source : France tv info  et MSN 

Cet article va-t-il intéresser vos proches ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *