Archives

Articles ayant été archivés. Ces articles ne sont plus rangés par catégories mais demeurent accessibles pour la postérité !

« La sexualité des adolescents ne devrait plus être un tabou »

Catégorie : Archives rédigé par DocDuNet / 17/02/2012

Fermer les yeux sur les désirs sexuels de nos chérubins à la puberté est surement la plus grosse erreur qu’une société peut faire et qui amène à de nombreux cas de sexualité non contrôlée, mère adolescente, maladies sexuellement transmissibles, mais surtout, plus dramatiques, de mineurs ayant recours à l’IVG.

Le problème en France, comme le soulève Jeannette Bougrab, secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la Vie associative, est que nous offrons à nos jeunes un accès gratuit et anonyme à l’IVG mais la contraception reste payante et nécessite l’autorisation parentale. L’idée de la secrétaire d’Etat est simple, mieux vaut prévenir que guérir et pour cela, elle souhaite accentuer l’éducation sexuelle chez les mineurs pour éviter dans les années a venir le nombre de conséquences liées à la sexualité non contrôlées, dont les IVG, les grossesses à l’adolescence non désirées, mais aussi les IST, comme le Sida. «Parler de sa vie intime avec ses parents n’est déjà pas chose aisée, même en France en 2011. […] Il faut donc accentuer les efforts en matière d’éducation sexuelle et de sensibilisation des adolescents. »

La gynécologue Israël Nisand a proposé à la secrétaire d’Etat 18 propositions dans son rapport sur la contraception nommé « Et si on parlait de sexe à nos ados? Pour éviter les grossesses non prévues chez les jeunes filles. »

Dans celui-ci est révélé certains chiffres inquiétants. Chaque année près de 90 000 avortements sont pratiquées sur des jeunes femmes de moins de 25%, dont 13% sur des mineurs de 15 à 17 ans. La gynécologue commente ces données alarmantes : «Des chiffres en augmentation de 5% chaque année depuis 20 ans.»

D’autres chiffres assez étonnants sont aussi proposés. Une enquête sur la consommation de film pornographiques chez les pré-pubères français révèlent que 30% des personnes regardant des films X seraient âgés de 13 à 14 ans. Pour les auteurs de cette étude, il est clair que ce phénomène aura un réel impact sur l’évolution de la nature des relations homme-femme dans les générations à venir.

Une idée a été proposée pour réguler ce phénomène et souhaite que les sites pornographiques soient tous payants. (Histoire de faire de l’industrie du X un business encore plus rentable…)

Cet article va-t-il intéresser vos proches ?
Comments (5)
  1. Mere Responsable     | Reply

    Mieux vaut prévenir que guérir, cest sur, mieux vaut les eduquer que de se retrouver avec des mères filles sur les bras…
    On fera pas pire en leur expliquant les choses que de jouer les autruches…

  2. Blog santé     | Reply

    Mieux vaut prévenir que guérir, que cela nous plaise ou non on peut pas interdire à nos ados ce qui est « de leur époque »… Les hormones, les premiers amours…
    Autant les avertir sur la sexualité responsable et éviter les pleurs…

  3. Ah Les Jeunes     | Reply

    Mieux vaut prévenir que guérir, elle a bien raison ! Si on arreteait de les pendre pour des nouilles et leur donner une autre éducation sexuelle que celle vu des les films et série ? Parce que le pbm c’est comme meme par la qu’il est arrivé !

  4. dfg     | Reply

    société permissif

    cette miss harki n’a pas réfléchit sur les conséquence pychologique des jeunes et des enfants qui vont grandir dans une société ou l’acte de fornication est réduit à un acte comparable à celui de chier ou d’uriner

    mais il ne s’agit pas de protection social
    ni de celle des enfants
    ni de celle de l’avenir
    il s’agit de créer un environnement malsain ou les capitalistes pourrait en jouir en faisant passé toute leur crasses facilement.
    après tous le sexe est addictif comme l’alcool comme la drogue comme le jeu
    des jeunes qui sont encourager à la chose par ces actes
    finissent par être docile parce qu’ils ont leur partie de baise qui els attends ils se réconfortent dans la perversion au lieu de réfléchir à comment s’opposer et s’opposer efficacement aux crasses des tyrans qui les gouvernes les crasses de l’oligarchie ploutocratique cacapitaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *